27 août 2015

Delirium T.1 / Lauren Oliver



Auteur : Lauren Oliver
Titre original : Delirium book 1
Traducteur : Alice Delarbre
Nombre de page : 452
Edition : Hachette Romans, Black Moon
Date de sortie : 29 Février 2012

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes… « Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

MON AVIS : Depuis le temps qu'il traînait dans ma PAL, j'ai enfin découvert le 1er tome de la trilogie de Lauren Oliver. Une lecture sympathique mais sans surprise.

Dans le monde de Lena, l'amour est considéré comme une terrible maladie. Un remède a été trouvé sous la forme d'une opération que chaque habitant subit lorsqu'il atteint ses 18 ans. Conditionné par son enfance et la peur de finir comme sa mère, Lena compte les jours qui la sépare de ce qu'elle considère comme une délivrance. Jusqu'au jour où ses croyances sont bouleversées.

Dans cette dystopie, l'auteure nous présente un monde où l'amour est à la fois une maladie mais également un crime passible de mort. Par le passé, il a été prouvé que l'amour était responsable des pires actes de l'espèce humaine. Pour revenir à un monde idéal, il a fallut trouver une solution pour guérir les gens de l'amour et assurer la paix sur Terre. Une idée originale pour une dystopie plutôt classique.

Car voilà, quand on a déjà lu plusieurs dystopie, on ressent un peu un manque de surprise avec le schéma répétitif. J'ai malheureusement anticipé la plupart des rebondissements que l'on retrouve disséminés dans les autres livres du genre. On part d'un monde présenté comme idéal puis on découvre une faille, l'héroïne prend conscience que tout est un tissu de mensonge, elle se rebelle, ... Ma plus grosse erreur a été de ne pas lire se livre avant car je pense que je l'aurais apprécié davantage. 

Concernant les personnages, je ne dirais pas que je me suis attaché complètement à Lena mais celle-ci est très interessante. Elle a grandi dans la honte de son passé familiale et malgré tout, elle prend conscience de la réalité et à la force de se rebeller. Hana nous apparait au premier abord interessante et du coup, elle m'a déçue par la suite. Il y a un autre personnage dont je ne peux pas parler pour ne pas spoilé mais qui apporte beaucoup à l'histoire.

L'écriture de Lauren Oliver est assez captivante et le récit se lit facilement. Hormis le petit manque de surprise, j'ai passé un agréable moment en découvrant le monde de Lena. Les chapitres sont plus ou moins courts, ce qui apporte un certain rythme à l'histoire. Et les débuts de chapitres sont surmontés de passage de livre, de comptines, qui montrent que l'auteur à bien pensé son histoire. On pourrait presque penser que les livres existent réellement !

En conclusion, une lecture assez plaisante malgré le plaisir un peu gâché par une lecture tardive. La fin donne envie de poursuivre la trilogie afin de voir comment va l'histoire va évoluer.

2 commentaires:

  1. C'est une saga qu'il faudrait que je continue, même si je ne garde pas un excellent souvenir de ce premier tome...

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi, ça fait extrêmement longtemps que cette série me tente ! J'espère pouvoir avoir l'occasion de le faire rapidement :-D

    RépondreSupprimer