19 octobre 2018

L'éternité c'est compliqué / Jennifer L. Armentrout


Auteure : Jennifer L. Armentrout
Titre original : The problem with forever
Traducteur : Cécile Tasson
Nombre de page : 476
Editeur : J'ai lu, collection J'ai lu pour elle
Date de sortie : 13 Juin 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Depuis sa plus tendre enfance, Mallory Dodge se drape dans le silence. Se taire, c'était survivre. Voilà quatre ans que son cauchemar a pris fin, quatre ans qu'elle n'a pas revu Rider Stark, son protecteur. Entourée de parents adoptifs aimants et à l'aide de cours particuliers, Mallory a repris le chemin des mots. Elle s'apprête également à faire le grand saut en reprenant celui du lycée pour son année de terminale. Le jour de la rentrée, la jeune fille était loin de se douter qu'elle tomberait sur son ami. Leur complicité est intacte, mais si Rider n'a plus rien d'un enfant, il reste habité par de nombreux démons. Quand les ombres du passé menaceront de les séparer, Mallory aura-t-elle le courage de prendre la parole pour exprimer ce qui doit l'être ?

MON AVIS : Ce roman signe ma découverte de la plume de Jennifer L. Armentrout. J'ai choisi ce titre en voyant les bons avis sur la blogo (et surtout la chaude recommandation de Dilshad) et surtout le résumé qui laissait présager une histoire pleine d'émotions. Et même si ce ne fut pas un coup de coeur, ce premier essai est assez réussi !

Jusqu'à l'âge de 12 ans, Mallory et Rider ont vécus dans la même famille d'accueil, une enfance atroce et douloureuse. Rider lui a juré de toujours la protéger.  Jusqu'au drame qui causera leur séparation. Mallory à la chance d'être adoptée par un couple protecteur. Murée dans le silence, elle se reconstruit peu à peu pendant quatre ans, suivant ses cours à domicile. Lorsqu'elle se sent enfin prête à reprendre le lycée, elle ne s'attend pas une seconde a y retrouver Rider, et avec lui les souvenirs qui remontent. Ce dernier compte bien reprendre son rôle de protecteur mais en quatre ans, beaucoup de choses ont changés. Leur relation peut-elle redevenir comme avant ? Rider a t'il réellement surmontés ses démons ? 

Dans cette histoire, on suit tout d'abord Mallory. Conditionnée durant toute son enfance a faire le moins de bruit possible pour éviter de se faire remarquer et subir les conséquences, elle a désormais du mal a s'exprimer en publique. Elle a eu la chance d'être adopté par un couple de médecin, qui l'ont aidé a progresser durant ces quatre années. Au point de se sentir prête a rejoindre le lycée, même si elle sait que la bataille est loin d'être gagnée. Le bruit, le monde, le contact avec les autres, toutes ses choses à priori normales sont pour elle autant de barrière à surmonter. Mais elle aspire réellement a surmonter tout ça. Elle se sent redevable envers ses parents adoptifs, au point d'agir en oubliant se qu'elle souhaite réellement dans le seul but de ne pas les décevoir. Ses retrouvailles avec Rider vont venir chambouler ce frêle équilibre même si elle ne peut envisager de renoncer à le côtoyer et va se battre pour ça.

En parallèle, petit à petit, on découvre Rider. Dès la réapparition de Mallory, il reprend son rôle de protecteur envers sa petite souris. Même s'il a une copine et qu'à l'âge qu'ils ont désormais, les sentiments de l'enfance deviennent parfois plus ambigus, Mallory redevient sa priorité absolue. Malgré les apparences, on sent toutefois que ces terribles années ont laissés des traces sur lui même s'il prétend le contraire. Il n'a aucune estime de lui-même, n'envisageant aucun avenir car il ne s'en juge pas digne. Il pense que sa vie n'a aucune importance pour personne.

En dehors du processus de reconstruction de nos deux personnages, l'auteure aborde le clivage que ces années de séparations a causé entre eux. Si Mallory a eu une seconde chance en étant adoptée par un couple de médecin, Rider a connu les foyers avant de vivre chez la grand-mère d'Hector, son meilleur ami, dans les "bas quartiers" où il a côtoyé la drogue, la violence et les règlements de compte. Les retrouvailles entre Mallory et Rider nous offre donc un peu le choc des cultures, un nouvel obstacle qui se dresse entre eux. J'avoue que de ce côté là, cela a débouché sur quelques scènes prévisibles, déjà vu dans d'autres livres et films, même si dans le cas présent elles agissent sur l'évolution des personnages, en particulier Mallory dont certaines rencontres vont avoir l'effet d'un électrochoc.

Je découvrais donc la plume de Jennifer L. Armentrout avec ce titre et je l'ai trouvé très agréable à lire. Elle a choisie d'évoquer des sujets difficiles avec le cas des enfants qui passent dans les mailles des filets sociaux en se retrouvant dans d'atroces familles d'accueil. Des enfants qui vont devoir lutter pour surmonter les dégâts et se reconstruire. Elle s'en sort parfaitement bien, sans trop de pathos, et avec beaucoup d'émotions. J'ai trouvé le début mignon mais un peu long a se mettre en route, jusqu'au moment où, déclic, je me suis retrouvée captivée par ma lecture. Certains passages ont parfois un air de déjà-vu même si l'auteure s'en sert pour l'évolution de son intrigue.

En conclusion, pour une première découverte, je ne suis pas déçue de ma lecture. Elle s'est révélée agréable et forte en émotions. Le début un peu lent et quelques passages prévisibles en font une bonne lecture, mais un peu loin du coup de coeur.

Mon ressenti : lecture agréable

Pour commander sur le site de l'éditeur : J'ai lu pour elle
ou sur Amazon : L'éternité c'est compliqué


18 octobre 2018

Ce que nous avons perdu / Gayle Forman


Auteure : Gayle Forman
Titre original : I have lost my way
Traducteur : Luc Rigoureau
Nombre de page : 315
Editeur : Hachette Romans
Date de sortie : 29 Août 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Freya est une « chanteuse née ». En tout cas, c’est ce que son père lui a dit. Maintenant que sa voix l’a lâchée, que lui reste-t-il ? Harun erre. Sans James. Qui lui a dit de « dégager de sa vie, connard ». Pas moyen de l’oublier. Mais comment se faire pardonner ? Nathaniel débarque seul à New York. Sans son père. Finie, leur « fraternité à deux ».
Un pont, un pas en arrière, une chute : trois destins se percutent. Ensemble, ils vont apprendre à surmonter ce qu’ils ont perdu.

MON AVIS : Je suis assez fan en général des livres de Gayle Forman et donc, j'étais plus que curieuse à l'idée de découvrir son dernier roman. Mais pour une fois, il y a eu comme un os dans ma lecture.

Freya, Harun, Nathaniel. Trois jeunes adultes qui ne se connaissent pas... Jusqu'au choc. Leur destin se percutent au moment où ils sont tous les trois perdus. Contre toute attente, un lien va rapidement s'établir entre eux au cours de cette journée où ils vont tenter de faire le point sur leur vie et de surmonter les pertes qu'ils ont subis.

Tout d'abord Freya. Son père lui a toujours dit qu'elle était née en chantant et le chant fait partie intégrante de sa vie. Un point qu'elle partageait avec son père, en plus de ses origines Ethiopiennes. Elle est sur le point de sortir son premier album sauf que sa voix l'a lâchée. Elle s'interroge alors sur son futur, la peur de perdre l'affection de ses fans en plus de celle qu'elle a personnellement perdue au fil des ans, dans sa propre. Peut-être est-ce là l'occasion de tenter de réparer certaines choses.

Ensuite, il y a Harun. Musulman d'origine Pakistanaise, issu d'une famille très attachée aux traditions, il n'ose pas faire son coming-out. Au point de s'engluer dans des mensonges dont il lui sera encore plus difficile de sortir sans blesser son entourage. Au point de perdre James, le garçon qu'il aime et qu'il espère bien récupérer. Et sa rencontre avec Freya pourrait bien l'y aider. Mais avant, il va devoir trouver le courage de se révéler tel qu'il est réellement.

Enfin, il y Nathaniel. Son passé est l'un des plus flous. On sait qu'il avait des liens très fort avec son père avec qui il formait une "fraternité à deux" et que celle-ci s'est terminée. Son histoire se dévoile vraiment au fil des chapitres et je n'en dirais donc pas plus. Il erre presque sans but (même si apparemment il en a un bien précis) dans les rues de New-York, un voyage qui semble être à sens unique. Il a tant l'impression d'être transparent que sa rencontre avec Freya et Harun lui semble d'abord irréelle. Mais peut-être est-ce là un signe que l'espoir persiste.

C'est donc l'histoire de la rencontre entre ces trois jeunes gens, le début d'une histoire d'amitié. Ce qu'ils ont tous les trois perdus les rapproche et ils vont apprendre à se connaitre respectivement, s'entraider. Le sujet en soi est loin d'être dénué d’intérêt. C'est plus la manière dont est découpée le récit qui m'a donné du mal a rentrer dans le récit et a m'attacher à tous les personnages. L'histoire se partage entre présent et passé. Pour le présent, l'auteure utilise la 3è personne au présent et saute d'un personnage à l'autre au sein d'un même chapitre. Ce qui m'a donné l'impression de rester en surface. Heureusement, on retrouve la 1ère personne dans le passé, ce qui m'a permis de m'attacher petit à petit aux personnages. Mais le passage de l'un à l'autre offre un contraste qui est assez étrange. 

Je referme donc ce livre avec une impression somme toute plutôt mitigée dans l'ensemble. J'ai eu du mal a rentrer dans l'histoire et a m'attacher aux personnages dont on fait réellement la connaissance tout au long du livre. La seconde partie m'a certes plus emballée et conquise mais cela arrive un peu tard. C'est la première fois avec Gayle Forman et j'en suis la première déçue.
Mon ressentie : Mitigée 

Sur Amazon : Ce que nous avons perdu

15 octobre 2018

C'est lundi, que lisez-vous ? n°220

C'est un rendez-vous initié par Mallou, inspirée de It's Monday, What are you reading ? sur le blog One person's Journey Through a World of Books. Le rendez-vous a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1 - Qu'ais-je lu la semaine dernière ?


2 - Que suis-je en train de lire ?


3 - Que vais-je lire ensuite ?


Et vous, que lisez-vous ?

14 octobre 2018

In my Mailbox n°135

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Le recensement se fait dorénavant chez Lire ou Mourir

Cette semaine, deux nouveautés sont arrivées dans ma BAL 


Le premier sera lu dans un premier temps par Guillaume et le second me rend curieuse, l'occasion de découvrir les deux auteures dans un registre différent. (et petit bonus : les 2 sont dédicacés)

Et vous, quelles sont vos dernières acquisitions ?

12 octobre 2018

Live Today (Forget Tomorrow T.3) / Pintip Dunn


Auteure : Pintip Dunn
Titre original : Forget Tomorrow book 3 : Seize today
Traducteur : Diane Durocher
Nombre de page : 467
Editeur : Lumen
Date de sortie : 18 Janvier 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !
Sur le papier, Olivia a tout pour être heureuse… Non seulement c’est la fille de la présidente Dresden, la femme toute-puissante qui dirige d’une main de fer la ville d’Eden City, mais c’est aussi la seule prophétesse du monde : elle est capable de voir les différents avenirs possibles de tous ceux qu’elle approche. Malgré tout, à seize ans, c’est surtout une adolescente mal dans sa peau. Loin de lui faciliter la vie, son pouvoir de précognition la terrorise, surtout depuis le jour où, à peine âgée de six ans, elle a vu sa mère perpétrer un génocide dans un lointain futur. Depuis, elle n’a de cesse d’éviter que son cauchemar ne se réalise. Mais quelle prise pourrait-elle bien avoir sur le Destin, elle qui s’est isolée pendant dix ans loin des autres pour échapper aux images et aux voix qui l’assaillaient sans cesse ?
Tout bascule le jour où Ryder Russel, l’un des membres les plus éminents du Réseau, une organisation dissidente redoutée du pouvoir, est capturé. Effarée, Olivia découvre le futur du jeune homme et assiste alors en direct à sa propre mise à mort : le garçon est destiné à devenir son bourreau ! C’est pour elle un terrible cas de conscience : mérite-t-il pour autant d’être torturé, lui qui se bat pour un avenir meilleur ? Se sachant condamnée – toutes ses visions ne le lui avaient-elles pas prédit ce tragique destin ? –, la jeune Précognitive ose pour la première fois défier sa mère et aide Ryder à s’échapper… avant de le suivre dans la clandestinité.
Commence alors pour les deux jeunes gens une course-poursuite contre le cours même du Temps. Avec une interrogation : et si la solution à tous leurs problèmes se trouvait contre toute attente, là, à portée de main, dans le présent ?

MON AVIS : Depuis ma lecture du 2è tome, un an auparavant, il me tardait de lire la conclusion des cette trilogie. C'est maintenant chose faite et ce dernier tome offre referme d'une belle manière cette histoire.

Après Callie et Jessa, c'est Olivia qui a la parole dans ce dernier tome. Jusque là plutôt effacée, on fait donc plus ample connaissance avec cette dernière. Fille de la présidente Dresden, Olivia est la seule précognitive connue, capable de voir les différents avenir possibles des personnes qu'elle rencontre. Un don effrayant auquel elle a tenté d'échapper en vivant recluse au milieu des bois pendant 10 ans. Désormais revenue auprès de sa mère, son chemin croise celui de Ryder, membre du Réseau fraîchement fait prisonnier... et qui s'avère être celui qui la tuera dans quelques semaines, date à laquelle s'arrête toute ses visions. Pourtant, elle n'hésite pas à défier sa mère en aidant Ryder à s'échapper et en s'enfuyant avec lui. Très vite, elle s'aperçoit qu'un danger encore plus grand plane sur le monde et elle compte bien faire une course contre le temps afin de trouver une solution. 

Comme Callie et Jessa dans les tomes précédents, Olivia se retrouve confronter au même dilemme : en connaissant son destin, peut-elle œuvrer pour modifier celui-ci et trouver une issue plus favorable ? Elle est plus ou moins aidé dans sa tâche par son don de précognition, en voyant les différentes évolutions possibles en fonction des choix qu'elle fera. Ce n'est pas pour autant qu'elle parviendra a éviter de faire des erreurs, bien au contraire, le destin n'ayant pas dit son dernier mot. Il est interessant de voir comment, en essayant d'éviter une situation, on se retrouve dedans, la vision du futur devenant une espèce de jouet du destin.

Autant dire que dans ce troisième tome l'intrigue évolue de manière constante et le côté course contre la montre rend la lecture encore plus trépidante. L'auteure apporte une autre dimension a son univers et même si ce côté aurait pu être plus creusé, cela permet de comprendre parfaitement le sujet. On se demande où tout cela va nous mener et je dois dire que la fin, qui est souvent l'un des points faibles des dystopies, est bien menée car loin d'être totalement idéale, elle est même un peu triste. En fait toutes les pièces du puzzle éparpillées par l'auteure au fil des trois s'assemblent, éclairant d'un jour nouveau certains événements passés.

Le changement de narrateur est toujours déstabilisant au départ, surtout parce qu'il nous est quasiment inconnu en début de livre. Nous avions déjà croisé Olivia, mais toujours en coup de vent et sans connaître réellement de choses à son sujet... hormis le fait qu'elle est la fille de la pitoyable présidente Dresden. La relation mère-fille est d'ailleurs l'un des sujets de ce tome et c'est une relation plutôt douloureuse, Olivia cherchant à gagner l'amour de sa mère. Elle va évoluer petit à petit, apprenant à faire ses propres choix et prenant des risques pour le bien des autres. C'est aussi l'occasion d'en découvrir davantage sur la présidente et savoir pourquoi elle est devenue celle qu'elle. Il y a aussi le duo Olivia/Ryder, deux personnages complètement différent et dont l'évolution est assez interessante (plus crédible que dans le tome 2 entre Jessa et Tanner), couplé avec la notion de temps limitée qui influencera certains de leur choix.

En conclusion, une fin qui clôture bien la trilogie. J'ai aimé la rencontre avec ces trois héroïnes totalement différentes mais présentant la même détermination, le point de vue qui diffère d'un tome à l'autre, déroutant au départ, mais permettant de découvrir plusieurs face de l'histoire. Et la façon dont tout s'imbrique à un moment ou à un autre pour nous mener jusqu'à la fin qui correspond parfaitement à ce que l'auteure à construit au fil des pages.

Mon ressentie : Lecture agréable 

Sur amazon : Live Today

10 octobre 2018

Les chroniques de Riverdale T.1 / Roberto Aguirre-Sacasa


Auteur : Roberto Aguirre-Sacasa
Illustrateur : Joe Eisma, Elliott Fernandez, Alitha Martinez
Titre original : Riverdale vol.1
Traducteur :
Nombre de page : 144
Edition : Glénat
Date de sortie : 23 Mai 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Se déroulant de nos jours, découvrez la version subversive et surréaliste des aventures d'Archie, Veronica et leurs amis. Parcourez les zones d'ombre et l'étrangeté cachée derrière la perfection de façade de la petite bourgade de Riverdale...

MON AVIS : Autant vous le dire de suite, je ne suis absolument pas une grande fan de comics ou autres BD. C'est uniquement parce que j'aime la série Riverdale que ma curiosité m'a poussée à le découvrir. 

Ecrit par le directeur artistique et showrunner de la série TV, ce comic est directement inspiré par les événements de la série. Il est divisé en plusieurs courts épisodes mettant en scène l'un où l'autre des personnages. Passages se déroulant avant la série ou sortes de scènes coupées, chaque partie nous permet de retrouver un court instant l'univers de la série. 

Côté illustration, même si les personnages ne ressemblent pas trait pour trait à ceux de la série, on retrouve leur personnalité. Cela s'explique sans doute par le fait que les illustrateurs sont différents d'une scène à l'autre et chacun a sa propre façon d'exprimer sa vision du personnage.

En fin de livre, des bonus montrent d'ailleurs diverses interprétations des personnages sous les coups de crayons de nombreux illustrateurs. Et si pour certains, l'image est proche de celles que l'on connait, pour d'autres, c'est presque l'opposé.


En conclusion, je ne suis toujours pas fan de ce genre de format mais, connaissant l'univers, je me suis laissée prendre au jeu. Pour les fans de la série ou des comics en général

Mon ressenti : lecture plaisante 

Sur amazon : Les chroniques de Riverdale T.1

Aperçu des bonus :


9 octobre 2018

Follow me back T.2 / A.V. Geiger


Auteure : A.V. Geiger
Titre original : Follow Me Back, book 2: Tell Me No Lies
Traducteur : Frédérique Le Boucher
Nombre de page : 336
Editeur : Robert Laffont, Collection R
Date de sortie : 7 Juin 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn.
Son compte Twitter ? Bloqué.
Son portable ? Enterré dans la neige, l’écran brisé et maculé de sang.
Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page #Tessa♥Eric. Plus question de toucher à son compte Twitter.
En revanche, Snapchat… c’est beaucoup plus sûr, non ?
Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d’affronter les fantômes de son passé…

MON AVIS : Le premier tome fut une belle découverte et sa fin une torture. Il me tardait donc de découvrir cette suite pour connaître le fin mot de l'histoire. Et autant dire que cette lecture ne fut pas de tout repos pour mes nerfs lol. 

Qu'est-il arrivé a EricThorn ? C'est la question avec laquelle on refermait le premier tome et les premières pages du livre laissent présager le pire, avant de retrouver nos deux personnages dans une situation loin d'être idyllique, coupés du monde. Mais quelques choses les poussent a sortir de leur cachette, remuant les événements passés. Mais surtout, Tessa qui s'était jurée de ne plus toucher aux réseaux sociaux et presque contrainte de renouer avec eux. Mais est-ce que toutes les précautions prises seront suffisantes pour ne plus refaire les mêmes erreurs ? 

Tout comme dans le premier, le roman est entrecoupé de passages d'interrogatoire de police. On comprend vite que quelqu'un est mort et on a qu'une envie, découvrir qui sont la victime et le tueur. Mais pour arriver jusque là, l'auteure nous raconte ce qu'il s'est passé entre la fin du premier tome et ce meurtre. L'occasion de refaire un bout de chemin avec Tessa et Eric. 

D'un point de vue psychologique, on sent que nos deux personnages sont assez éprouvés mentalement. Le stress est omniprésent chez eux. Tessa apparaît assez paranoïaque, et on peut la comprendre après ce qu'il s'est passé, et même si elle semble avoir évoluée, on sent que le chemin vers la sérénité est encore long pour elle. Du côté d'Eric, ce n'est pas beaucoup mieux car il ne supporte quasiment plus d'être sous les feux de la rampe. Surtout si cela peut entraver sa relation avec Tessa.

La pression de la célébrité partage une nouvelle fois l'affiche avec l'impact des réseaux sociaux et ses dangers. Après Twitter, c'est Snapchat qui est à l'honneur. Et l'auteure attire le fait que sur ce réseau, il faut se méfier du côté éphémère des publications : cela n'en reste pas moins risqué quand on sait que quelques secondes suffisent parfois pour mettre le feu au poudre. 

J'ai retrouvé le côté addictif du premier tome même si par moment, c'est un peu plus lent que dans le premier tome. Mais cela n'a en rien gêné ma lecture. La pression monte au fil des pages et on tente de deviner par nous même ce qu'il s'est passé jusqu'à découvrir la vérité qui est assez hallucinante. Tout n'est pas parfait, on peut trouver ici et là des détails un peu "gros" mais personnellement, je trouve qu'au final tout se tient. 

En conclusion, une suite dans la veine du premier, toujours aussi addictif et encore plus machiavélique. Nos nerfs, comme ceux des personnages, sont mis à rudes épreuves jusqu'au final plutôt surprenant. Cette duologie n'est certes pas un coup de cœur mais pas loin ! 

Mon ressentie : Très bonne lecture 

Sur Amazon : Follow me back 2

8 octobre 2018

C'est lundi, que lisez-vous ? n°219

C'est un rendez-vous initié par Mallou, inspirée de It's Monday, What are you reading ? sur le blog One person's Journey Through a World of Books. Le rendez-vous a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions : 

1 - Qu'ais-je lu la semaine dernière ?


2 - Que suis-je en train de lire ?


Je triche un peu car je ne l'ai pas encore commencé mais il le sera aujourd'hui ;-)

3- Que vais-je lire ensuite ?


Une petite romance

Et vous, que lisez-vous ?


7 octobre 2018

In my Mailbox n°134

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Le recensement se fait dorénavant chez Lire ou Mourir

N'étant pas disponible dimanche dernier, je vous présente mes acquisitions des 15 derniers jours !

J'ai tout d'abord reçu :

   

Pour mon anniversaire, Eleane m'a offert : 


Et enfin, hier aux Halliènales je me suis offert :

    

Et vous, quelles sont vos dernières acquisitions ?

4 octobre 2018

Les belles T.1 / Dhonielle Clayton


Auteure : Dhonielle Clayton
Titre original : The Belles, book 1
Traducteur : Cécile Ardilly
Nombre de page : 486
Editeur : Robert Laffont, Collection R
Date de sortie : 22 Février 2018

PRESENTATION DE L'EDITEUR : Ne souffrez plus pour être une Belle.
Dans le monde opulent d'Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences. Or Camélia ne veut pas se contenter d'être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d'Orléans pour s'occuper de la famille royale et d'être reconnue comme la plus douée du pays. Mais une fois Camélia et ses soeurs Belles arrivées à la cour, il s'avère que la position de favorite tient davantage du cauchemar. Derrière les ors du palais, les noirs secrets pullulent...

MON AVIS : Voilà un autre livre qui me faisait de l'oeil depuis sa sortie. En voyant le résumé et la couverture, je n'avais qu'une envie plonger dans cet univers qui me tendait les bras. Et je n'ai pas été déçue du voyage.

Dans le monde d'Orléans, suite à une malédiction tous le monde naît gris. Tous sauf les Belles, descendantes de la déesse de la Beauté. Les seules capables de changer l'apparence des gens et dont les plus fortunés s'arrachent les services... parfois dans l'excès. L'heure est venue pour Camélia et ses cinq soeurs de participer au carnaval qui décidera de leur lieu d'exercice. Mais surtout qui sera la meilleure et deviendra la favorite de la Reine, une place très convoitée. Mais cette place n'est elle pas un cadeau empoisonné ? Car de sombres secrets semblent persister à la cour d'Orléans. Quand le culte de la beauté devient une obsession aussi intense que le pouvoir, les caractères les plus fourbes se révèlent de la pire des manières.

J'ai eu un peu peur lorsque j'ai commencé ma lecture car le fond me rappelais fortement la trilogie "Le Joyau". En effet, ces jeunes femmes dotées de talents particuliers pouvant manipuler l'aspect des gens mais aussi leur personnalité dans le cas présent, aspirant a être au service de la royauté, m'ont fait penser aux mères porteuses de la trilogie d'Amy Ewing. On y retrouve également les sombres secrets de la cour et les pires complots. Alors même si cela m'a semblé similaire sur certains points, cela n'a rien enlevé au plaisir de découvrir cette nouvelle intrigue aussi intrigante que complexe.

Dans le monde d'Orléans, les pêchés capitaux ne font pas de la figuration. De l'envie à la luxure, en passant par l'orgueil et la colère et même la gourmandise. Ils s'expriment, seul ou a plusieurs, dans la personnalité des différents personnages. Chez Camélia par exemple, on peut trouver de l'orgueil car elle est persuadée d'être la meilleure mais aussi de l'envie en ressentant malgré une certaine jalousie. La luxure est présente chez tous les nobles de la cour avec l'envie grandissante d'être toujours plus beau. La colère, elle s'exprime principalement chez un personnage très tortueux que je vous laisse découvrir.

Ce premier tome pose les bases de l'intrigue et dévoile l'univers de l'auteure, qu'elle a basé sur un mythe autours du dieu du ciel et de la déesse de la beauté. C'est un univers qui ne fait pas forcément rêver quand on y pense, il fait d'ailleurs un peu froid dans le dos. Ce culte de la beauté qui semble régir la vie de ses habitants, que se soit la tristesse profonde dans laquelle vive les gris ou la rivalité qu'elle suscite chez les plus riches. J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire mais une fois partie, la plume de l'auteure m'a bien captivée. Et même si certains détails sont un peu prévisibles, l'évolution de l'intrigue est telle que j'ai eu envie de savoir jusqu'où cela allait nous mener.

Ce qui est interessant dans ce livre c'est qu'aucun des personnages n'est parfait. Camélia est loin d'être parfaite, elle a des défauts qui ont fait que je ne me suis pas de suite attachée à elle. On sent que derrière sa gentillesse et l'amour qu'elle porte à ses sœurs, il y a un côté sombre qui ne demande qu'à sortir, et elle en a parfaitement conscience. Mais sa persévérance et son envie de changer les choses,  même si elle ne peut pas y arriver seule, font que je l'ai apprécié davantage, petit à petit. Les personnages qui gravitent autours d'elle sont aussi trompeur que les apparences qu'ils arborent, les rendant assez insaisissables même si quelques uns sont clairement détestables.

En conclusion, un premier tome qui pose les bases d'un univers plutôt prometteur. Dans la veine de la trilogie "Le Joyau", ma lecture s'est révélée fortement agréable. A lire en gardant à l'esprit, plus que jamais, que les apparences sont souvent trompeuses. Il n'y a plus qu'à attendre la suite !

Mon ressentie : Très bonne lecture

Sur Amazon : Les belles T.1