20 juin 2012

Collection R : Interview de Myra Eljundir (compléte)


Edit 21/06 : ajout de la 3è partie
Edit 22/06 : ajout de la 4è et dernière partie

La collection R nous dévoile une interview de l'auteur de "Kaleb", Myra Eljundir, à raison de 2 questions par jour !

Voici les questions (et les réponses) dévoilées hier et aujourd'hui !

Collection R : Bonjour Myra, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Myra : Je peux difficilement raconter mon parcours sans casser mon anonymat... mais disons que j'ai (trop) côtoyé ce que la nature humaine a de pire. C'est, sans aucun doute, ce qui m'a conduite où j'en suis aujourd'hui. 

Collection R : Comment vous est venue votre passion pour la littérature
Myra : Plus qu'une passion, c'est un mode de communication à part entière. Peut-être le plus évident pour moi qui ai un peu de mal en public. Le seul dans lequel je me sente parfaitement libre. J'écris ce que je ne peux pas crier.

Collection R : Pourquoi avoir choisi d’écrire sur le thème de l’empathie
Myra : Parce que c'est un don sublime qui permet à l'humain de se transcender, mais c'est aussi une malédiction, un handicap dont on parle peu mais qui existe, surtout dans nos cultures hyperviolentes et individualistes. Hélas, on n'en guérit pas... Je pense aussi qu'il est intéressant de se demander ce qui, dans nos réactions, nos émotions, nous appartient vraiment. Dans quelle mesure nous ne sommes pas conditionnés, manipulés par les autres ou par la société... 

Collection R : Pourquoi avoir choisi un anti-héros pour héros
Myra : Parce que les héros parfaits et pétris de bonnes intentions m'ennuient ! Ce n'est pas crédible et, si j'avais choisi un de ces héros parfaits, j'aurais eu l'impression de me moquer de mes lecteurs !Tout héros a sa part d'ombre, ses ambivalences. Dans la vraie vie, rien n'est tout noir ou tout blanc et peu d'actes héroïques sont intentionnels. Un parfait salaud peut sauver le monde par hasard, et un gentil garçon peut se conduire en lâche. Kaleb est certes violent et manipulateur, mais il n'est pas QUE ça. Et c'est précisément ce qui m'intéresse. La fêlure. Les tourments.


Collection R : Quels sont pour vous les livres à lire en matière de Dystopie ?
Myra : Je hais toute forme d'oppression et d'aliénation, alors, La servante écarlate m'a particulièrement interpellée. Hunger Games a aussi été une belle révélation pour moi... d'ailleurs je me suis même débrouillée pour aller à l'avant-première du film, ce qui est un exploit étant donné que je fuis la foule ! Beaucoup plus ancien, mais une référence indétrôndable et effrayante en matière de dystopie : 1984 de George Orwell. Je trouve cette idée de manipulation de la pensée par un appauvrissement du langage tout simplement génial et, hélas, visionnaire. C'est pourquoi je ne chercherai jamais à écrire en simplifiant : notre liberté de pensée est trop précieuse ! Enfin, Starters, dans la Collection R, qui pose ici encore une question d'actualité : que reste-t-il à la jeunesse quand on lui a tout pris ?

Collection R : Certains comparent déjà Kaleb à la série Dexter, qu'en pensez-vous ?
Myra : Je suis d'autant plus flattée que je suis une grande fan de Dexter... et que Kaleb n'en est qu'aux prémices de ses possibilités, dans le premier tome ! Dexter fait le mal pour faire le bien, puisqu'il punit seulement des méchants... à suivre pour Kaleb. Ce que je peux néanmoins en dire, c'est que les scalpels de Kaleb sont ses pensées... ce qui nous promet de beaux duels !

Collection R : Que pouvez-vous nous dire de cette couverture très énigmatiqueKaleb, on l'a dans la peau
Myra : On peut voir ça comme ça, en effet, et se demander aussi quelle part de Mal on a en soi, ou ce que le sang de Kaleb charrie de secrets... Mais ce n'est pas la seule explication. Cette peau, ce tatouage vont évoluer au fil des couvertures. Devenir terrifiants. Parce que (attention, spoiler tome 2) Kaleb VA se faire tatouer. Pas avec n'importe quoi. Pas n'importe comment. Et que ces quelques lettres gravées dans sa chair, c'est ce qui va tout faire basculer. Ce qui va faire que les choses vont lui échapper. S'il savait l'éruption que ce tatouage va provoquer... il ne le ferait pas. Ces quelques lettres vont sceller son destin.   


Collection R : Et enfin, pourquoi avoir choisi de vous isoler en Islande
Myra : Parce que là-bas, je suis en paix, au calme. Loin des tumultes et de la malveillance. Parce que je me sens vulnérable : le moindre mot un peu dur me plonge dans des affres pendant des semaines... J'ai essayé de lutter mais je n'y arrive pas : je suis comme ça. Alors je préfère m'isoler. Parce que l'Islande est une terre sauvage et bouillonnante. Qu'une force de vie incroyable y côtoie la nature souvent mortelle. Parce que les ondes et les forces telluriques y sont surpuissantes. Parce que c'est là que veut être Kaleb..." - Ça donne envie d'y aller ! "Je peux toujours vous envoyer quelques photos..."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire